Panorama 2020 des branches professionnelles de l’industrie

L’Observatoire Compétences Industries a pour mission de réaliser la consolidation des données sur l’emploi et la formation professionnelle de l’ensemble des 32 branches auprès desquelles intervient OPCO 2i. Ce panorama interindustriel, mené pour l'année 2020 et cofinancé par la DGEFP dans le cadre du plan d'investissement dans les compétences, fournit un état des lieux harmonisé sur l’ensemble du périmètre d’OPCO 2i.

Le périmètre d’OPCO 2i regroupe 32 branches professionnelles de l’industrie (ci-après dénommé interindustrie). L’Île-de France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, et la Nouvelle-Aquitaine sont les 3 plus grandes régions de l’interindustrie. Le tissu interindustriel français se compose à 98% de TPE et PME.

Economie

77 500 entreprises
77 500 entreprises
Le nombre d’entreprises dans l’interindustrie est stable depuis 2015, reflet d’un écosystème solide dans la plupart des secteurs sur une période de croissance relativement faible de l’économie française.

L’interindustrie est avant tout un tissu étendu de TPE et PME. Elle compte 98% de TPE/PME (90% de moins de 50 salariés). En effet, Les branches professionnelles de l’industrie se structurent généralement autour de grandes entreprises qui font vivre un écosystème de TPE et PME très important en France, notamment de nombreuses entreprises patrimoniales. L’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes sont les deux régions françaises comptant le plus d’établissements. Cette répartition géographique s’explique par le nombre de sièges sociaux et par la présence de grands pôles industriels régionaux. Chaque branche professionnelle possède cependant ses propres spécificités territoriales.

29 % de femmes
29 % de femmes
La part de femmes est en légère hausse mais l’interindustrie reste néanmoins très masculinisée. La part des femmes varie selon les branches, les familles de métiers (forte en fonction support, faible en production) et la CSP (forte chez les cadres et employés).

L’âge moyen des salariés est relativement stable. Les industries lourdes connaissent une dynamique de vieillissement plus rapide que le reste de l’interindustrie. Plus d’un tiers (38%) des salariés de l’interindustrie sont des ouvriers, contre 21,5% en moyenne en France. La part de cadres est également élevée comparée à la moyenne française (28% contre 16,5%). L’interindustrie offre une forte stabilité de l’emploi avec 93% des salariés en CDI.

2 800 000 salariés
2 800 000 salariés
En 3 ans, l’interindustrie a vu son effectif augmenter de 30 000 salariés. Malgré une légère baisse des entreprises, l’interindustrie française continue de recruter, d’investir et de s’agrandir.

À l’instar de la répartition des établissements, l’Île-de-France et l’AURA sont en tête en matière d’effectif salarié. Le Nord-Est et le sud-ouest constitue les deux autres bassins d’emploi de l’interindustrie. Bien qu’elles ne représentent que 2% des entreprises, les ETI et GE de 250 salariés et plus emploient plus de la moitié des effectifs (55%). Un quart des salariés sont dans les PME de plus de 50 salariés, le dernier quart dans celles de moins de 50. Plus d’un tiers des salariés travaille dans la production et l’assemblage, coeur de métier de l’industrie. D’autre part, 11% des effectifs travaillent en conception et R&D, ce qui illustre la dynamique d’innovation et d’investissement des entreprises.

Les activités des branches professionnelles de l’industrie sur lesquelles intervient OPCO 2i servent une très grande diversité de secteurs économiques, depuis la construction jusqu’à la fabrication de biens de consommation, dont les dynamiques d’évolution sont très différentes mais qui sont globalement tous soumis aux évolutions des cours des matières premières et à la concurrence mondiale sur leurs marchés.

Enjeux

Afin de répondre à la demande de leurs clients et d’assurer leur conformité vis-à-vis des règlementations qui se renforcent, les entreprises de l’industrie travaillent à la réduction des impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie de leurs produits notamment grâce à l’écoconception. Les entreprises s’attellent également à inscrire leurs activités au sein d’économies circulaires en développant l’utilisation de matériaux recyclés.

Branche par branche, découvrez toutes les données chiffrées

L’Observatoire Compétences Industries met à dispositions 32 panoramas de branche. Chaque panorama de branche présente les mêmes indicateurs, avec les mêmes sources de données, déclinés sur 4 volets : économique, emploi, alternance et enjeu. Découvrez nos pages branches 

Emploi et formation

La plupart des secteurs font face au vieillissement de leur population de salariés. Malgré l’automatisation croissante et la hausse de productivité associée, la majorité des départ en retraite de ces 5 à 10 prochaines devront être remplacés en préservant les savoir-faire et les compétences.
Les branches doivent donc, pour la plupart, développer leur attractivité, notamment auprès des jeunes. Cela passe le plus souvent par des plans de communication spécifiques, l’animation de réseaux de formation initiale et continue et par l’alternance. L’enjeu étant également d’organiser le transfert de connaissance et de compétences entre les générations.

Crise sanitaire : quels impacts ?

La crise liée à la COVID-19 a impacté les secteurs industriels de manière différente mais ils ont globalement dû faire face à une baisse de leur activité liée aux confinements successifs en France et dans les pays auprès desquels ils s’approvisionnent et écoulent leur production. Si certaines filières comme le bâtiment ou la santé ont bien résisté et ont permis de maintenir l’activité, dans leur grande majorité, les TPE et PME de l’industrie sont fragilisées et la situation fait apparaître un risque important de cessation d’activité et de perte de savoir-faire pour nombre d’entre elles.

Focus alternance

La tendance est à la hausse pour l’interindustrie dont la part des apprentis dans l’effectif augmente. L’interindustrie concentre 100 263 Alternants, soit 3,6% des salariés. Au 31/12/2020, 82 263 apprentis étaient recensés. 1/4 de ces effectifs sont concentrés en Ile de France. Les entreprises de l’interindustrie recourent au contrat d’apprentissage dans une proportion de 29 contrats pour 1 000 salariés. La majorité des salariés en contrat d’apprentissage de la branche sont employés par des entreprises de 300 salariés et plus (48%).

18 000 contrats pros
18 000 contrats pros
Les entreprises de l’interindustrie recourent au contrat de professionnalisation dans une proportion de 6 contrats pour 1 000 salariés.

La majorité des salariés en contrat de professionnalisation de la branche sont employés par des entreprises de 300 salariés et plus (51%).

Perspectives

Chaque branche a ses spécificités et ses métiers associés. On retrouve néanmoins des métiers en tension en commun. Le plus souvent, les métiers de la maintenance, les ouvriers qualifiés et pour certaines branches les métiers technico-commerciaux.
Les industries manufacturières innovent en permanence et cela se traduit par la fabrication de nouveaux produits, la création de nouveaux process et l’utilisation de nouvelles matières premières, nécessitant autant de montées en compétences des salariés sur l’ensemble du cycle de vie du produit.
Enfin, du fait de la digitalisation des process et de l’émergence de l’industrie 4.0, les salariés vont devoir être formés aux nouvelles compétences associées.

Pour en savoir plus

PANORAMA DES BRANCHES PROFESSIONNELLES D’OPCO 2i pdf | 2.27 MB