La branche regroupe les salariés dans les entreprises et les établissements exerçant une ou plusieurs des activités suivantes : le développement, la fabrication et la commercialisation de médicaments vétérinaires destinés aux animaux ; le développement, la fabrication et la commercialisation de réactifs et d’instruments pour le diagnostic in vitro utilisés principalement par les laboratoires d’analyses médicales ou de contrôle alimentaire et environnemental, ainsi que pour la transfusion sanguine ; et enfin la fabrication et la commercialisation des matières premières et des produits à usage pharmaceutique, parapharmaceutique, cosmétique, nutraceutique, diététique, et plus généralement à destination de la santé et de la médecine. La branche inclut également la recherche et développement de ces produits.

Les entreprises exerçant ces activités présentent donc une forte hétérogénéité et interviennent dans des filières très différentes, cependant toutes rattachées au domaine de la santé globale (One Health) et du bien-être : les secteurs pharmaceutique, parapharmaceutique, cosmétique, vétérinaire, diagnostic, et les compléments alimentaires.

Principaux enjeux : diagnostic biologique

Si le diagnostic biologique ne représente que 2 à 3 % des dépenses de santé, il intervient dans 70 % des prises de décision médicale et permet de réaliser des économies tout au long du parcours de soin. Il est appelé à jouer un rôle croissant, notamment pour le suivi des maladies chroniques en augmentation régulière.

Crise sanitaire : quels impacts ?

Avec la crise liée à la COVID-19, cette industrie a pu démontrer sa capacité à proposer rapidement des solutions de dépistage. Le rythme des innovations est toutefois ralenti par la complexité croissante des réglementations qui peuvent retarder l’arrivée d’innovations et alourdir significativement les coûts de R&D.

Principaux enjeux : médicament et diagnostic vétérinaires

Animaux producteurs de denrées alimentaires destinées à l’homme

Le marché de la branche est essentiellement porté par les médicaments de prévention (vaccins et antiparasitaires) tandis que la part des médicaments de traitement diminue. Les démarches et plans éco-antibio visant à diminuer l’usage des antibiotiques ont en effet entraîné une baisse de 40 % de la demande.

Au-delà de la santé animale, les médicaments vétérinaires sont un enjeu crucial pour la santé humaine et pour l’environnement :
▪ 65 % des pathogènes responsables de maladies chez l’homme proviennent de réservoirs animaux. La prévention et le traitement de ces maladies chez les animaux bloquent donc le risque de transmission à l’homme.
▪ L’administration de médicaments vétérinaires sur des animaux au pâturage peut avoir un impact sur l’environnement. Cet impact est systématiquement évalué lors de la demande d’autorisation de mise sur le marché.

Les entreprises doivent faire face à une augmentation constante des exigences dans le cadre de la demande d’autorisation de mise sur le marché.


Animaux de compagnie

L’innovation (médicament et diagnostic) est le principal levier du développement du marché en réponse aux attentes de soins de plus en plus performants.

On assiste au vieillissement de la population animale, s’accompagnant de créations de centres hospitaliers et de soins vétérinaires spécialisés en gériatrie.

Emploi et formation : diagnostic biologique

Dans le domaine de l’emploi, les entreprises du diagnostic concentrent un panel très large d’expertises, que ce soit pour concevoir et produire des tests, mais aussi des appareils et des logiciels de laboratoire : biologistes, biostatisticiens, biomathématiciens, ingénieurs en robotique, développeurs de logiciels. Dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement (supply chain), la robotisation implique une demande croissante pour des conducteurs de ligne, et en aval de la commercialisation, des techniciens de service après-vente et ingénieurs d’application.

Emploi et formation : médicament et diagnostic vétérinaires

La robotisation et l’évolution des procédés de production pour améliorer la productivité nécessitent des compétences techniques plus fortes chez les techniciens ainsi qu’une plus grande autonomie et polyvalence des opérateurs.

Les difficultés de recrutement, particulièrement ressenties sur les postes de techniciens de maintenance, techniciens de production, conducteurs de ligne, se pallient en général en augmentant la polyvalence des salariés. La capacité à intervenir sur différents équipements et procédés est aujourd’hui très recherchée.

L’augmentation des exigences pour les dossiers d’autorisation de mise sur le marché (AMM) et le renforcement réglementaire à toutes les étapes de la vie du médicament (R&D, fabrication, publicité, commercialisation, pharmacovigilance) entraînent un renforcement des équipes réglementaires.

La digitalisation des activités demande également la montée en compétences des salariés et concerne tous les métiers.

Pour en savoir plus

Panorama branche professionnelle Fabrication et commerce des produits à usage pharmaceutique parapharmaceutique et vétérinaire pdf | 2.46 MB Financer vos formations Accéder aux règles de prise en charge

Les métiers en vidéo

Contrôle qualité, maintenance, technicien de fabrication… Vous souhaitez en savoir plus sur les métiers de la branche Fabrication et commerce des produits à usage pharmaceutique parapharmaceutique et vétérinaire ? Dimitri, Mélanie, Eugénie, Victor… chacun raconte son métier et son parcours de formation pour y parvenir.

Pour aller + loin

Pour découvrir d’autres vidéos, rendez-vous sur la chaîne youtube de L’Union.