La branche de l’industrie de la chaussure et des articles chaussants regroupe les activités de production de chaussures de ville, d’articles d’intérieur (chaussons, pantoufles...), de chaussures de travail, de sécurité et de sports (tennis, danse, ski…), ainsi que la réalisation de chaussures thérapeutiques sur mesure et orthèses plantaires. Et ce, dans toutes les matières : cuir, textile ou synthétique.

Les entreprises françaises sont renommées pour leur savoir-faire et leur créativité. En effet, la fabrication de chaussure est reconnue comme métier d’art.

Principaux enjeux

L’industrie de la fabrication de chaussures est actuellement en forte mutation. Les procédés industriels évoluent vers des process plus automatisés et robotisés. Les outils digitaux sont de plus en plus utilisés et se développent : conception 3D et rendus réalistes, design virtuel, e-commerce, showroom virtuel, communication sur les réseaux sociaux, logiciels de gestion, etc.

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’impact environnemental et social des articles produits et mènent les entreprises à développer leur politique RSE : analyse du cycle de vie du produit, économie circulaire, innocuité, devoir de vigilance et supply chain, management de la responsabilité sociale et environnementale, etc.

Le marché de la chaussure en France est dominé par des importations depuis l’Asie. Les acteurs français doivent se démarquer par la qualité des produits, leurs savoir-faire et une politique RSE exemplaire. Les entreprises doivent également adapter leur conception et leur production aux nouvelles tendances des consommateurs, comme l’essor des sneakers ces dernières années.

Crise sanitaire : quels impacts ?

La crise liée à la COVID-19 a fortement impacté les entreprises du secteur : la consommation a beaucoup diminué et les magasins ont fermé pendant une longue période. Le chiffre d’affaires de 2020 sera en forte contraction : la FFC estime une baisse de 18 % du marché de la chaussure entre 2019 et 2020. Il est primordial de mettre en place des mesures de protection pour les entreprises et leurs salariés afin de garantir la préservation des savoir-faire et des compétences.

Emploi et formation

La branche doit gérer la diminution du nombre de ses salariés. Face aux nombreux départs à la retraite prévus depuis quelques années, elle s’organise avec ses partenaires pour créer des dispositifs permettant la transmission des savoir-faire : développement de CQP / CQPI, recours aux dispositifs de formation, dispositif « Cuir et savoir-faire », etc.

Pour maintenir et renforcer l’attractivité des métiers de la chaussure, la branche met également en place :
– des incubateurs, pour favoriser l’entrepreneuriat, comme « Au-delà du cuir » (ADC) ;
– des concours, comme « French shoes talent » ou « Talents de mode », pour attirer les jeunes dans la filière et favoriser l’innovation et la création.

Perspectives

La maîtrise des technologies numériques est un enjeu majeur pour les acteurs et les salariés de la branche. Aussi, de nouvelles compétences sont nécessaires pour répondre :
– à la demande croissante de vente en ligne : e-commerce, showroom virtuel, communication sur les réseaux sociaux, etc. ;
– aux évolutions de la conception et de la production de chaussures : conception 3D, bureautique, automatisation et robotisation ;
– à l’intégration croissante de la technologie dans les produits : chaussures connectées, podomètres, etc.

Pour cela, un Engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC) numérique « Textiles-Mode-Cuirs » a été conclu sur la période 2016-2019 pour permettre aux entreprises de la filière de saisir des opportunités offertes par le numérique.

Pour en savoir plus

Panorama branche Industrie de la Chaussure et des articles chaussants pdf | 2.49 MB Financer vos formations Accéder aux règles de prise en charge