La branche du Recyclage, au cœur de l’économie circulaire, traite les déchets de 12 filières au travers d’opérations de collectes, de tris et de traitements, afin de valoriser ces déchets et de créer de nouvelles matières premières issues du recyclage.

L’ensemble du secteur va devoir faire face à un certain nombre d’évolutions majeures, notamment suite à la mise en application de la loi AGEC (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) de 2020, qui vise à transformer notre économie linéaire en une économie circulaire.

Conjoncture

La mise en œuvre de loi AGEC (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire), qui a pour objectif de transformer l’économie en profondeur, va impacter les entreprises de la branche tant au niveau des volumes de déchets collectés, des métiers et des compétences que des débouchés pour les matières premières issues du recyclage (MPiR).
La loi se décline au travers de cinq grands axes :
– sortir du plastique jetable ;
– mieux informer les consommateurs ;
– lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire ;
– agir contre l’obsolescence programmée ;
– mieux produire.

En parallèle, les entreprises de la branche doivent relever les défis d’un renforcement des réglementations sur les rejets et d’une réduction des capacités de stockage des déchets inertes de 50 % entre 2015 et 2025.

Crise sanitaire : quels impacts ?

L’arrêt des activités dans le secteur du bâtiment et la baisse globale de la consommation en France risquent d’impacter la branche en 2020 et jusqu’à la fin de la crise, que ce soit en termes de volumes collectés que de débouchés pour les matières premières issues du recyclage (MPiR).

Principaux enjeux

L’évolution des marchés producteurs, des modes de consommation et des technologies employées dans de nombreux secteurs de l’économie vont également impacter les entreprises de la branche :
– rénovation énergétique des bâtiments ;
– électrification des véhicules ;
– développement des filières de réemploi.

La fermeture de certains marchés, notamment asiatiques, aux déchets, constitue un défi pour les recycleurs français qui doivent trouver de nouveaux débouchés.

Emploi et formation

La branche a lancé en 2020 un contrat d’étude prospective visant à éclairer les enjeux d’évolution de ses métiers et de ses compétences pour les années à venir, afin de pouvoir accompagner au mieux les entreprises du recyclage au travers de dispositifs de formations adaptés.

Tout comme pour de nombreux secteurs, les métiers du transport et de la manutention sont en tension au sein de la branche.

Perspectives

De nombreuses évolutions technologiques sont en cours sur l’ensemble du cycle de vie des déchets, depuis leur génération jusqu’à leur valorisation, ce qui va entraîner l’émergence de nouveaux métiers et des besoins en compétences importants :

  • l’éco-conception qui a pour objectif de faciliter la recyclabilité en accompagnant les producteurs dans leur choix de matières premières ;
  • le déploiement de diagnostics des déchets de chantier, de leur tri sur site et de systèmes permettant leur traçabilité ;
  • l’innovation sur les technologies de tri en termes de détection visuelle, avec des applications mobilisant l’intelligence artificielle, et de nouveaux procédés chimiques ;
  • la réparation de composants valorisables, notamment ceux issus des véhicules hors d’usage.
Financer vos formations Accéder aux règles de prise en charge