Certification des compétences

Une personne engagée dans la vie active souhaitant progresser dans sa vie professionnelle ou se reconvertir, peut faire reconnaître ses compétences, ses connaissances et les aptitudes qu’elle a acquises dans l’exercice de son métier. Retrouvez ci-dessous les différents moyens d'y parvenir.

Les certifications professionnelles

Une certification professionnelle atteste d’une “qualification”, c’est-à-dire de capacités à réaliser des activités professionnelles dans le cadre de plusieurs situations de travail et à des degrés de responsabilités définis dans un “référentiel”.

Les certifications ont 4 critères caractéristiques :

  • Il s’agit d’une validation matérialisée par un certificat
  • Ce dernier atteste de la maîtrise de compétences professionnelles (listées dans un référentiel)
  • Il est délivré par une instance légitime (Ministère, Branche professionnelle par exemple)
  • A la suite d’un processus de vérification de la maîtrise des compétences.

Trois types de certifications 

  • Les certifications professionnelles, enregistrées au RNCP
    Elle permettent une validation des compétences et des connaissances acquises nécessaires à l’exercice d’activités professionnelles et qui sont classées par niveau de qualification et domaine d’activité.
    • Diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés au nom de l’Etat (BTS, Licence…)
    • Diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés par les organismes de formation certificateurs (Grandes écoles, chambres consulaire…).
  • Les certifications et habilitations, enregistrées au répertoire spécifique
    Elles correspondent à des compétences professionnelles complémentaires aux certifications professionnelles RNCP.
    • Habilitations ou certifications découlant d’une obligation légale et réglementaire, et nécessaires pour l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle sur le territoire national.
      Exemple : FIMO, habilitations électriques, CACES, SST
    • Certifications de compétences transversales
      Il s’agit des certifications de compétences transversales mobilisables dans diverses situations professionnelles. Ces certifications sont constituées d’un ensemble homogène et cohérent de compétences, indépendantes d’un contexte professionnel particulier, mais néanmoins indispensables pour l’exercice de nombreux métiers.
      Exemple : Cléa, langues (TOEIC…), informatique, bureautique (TOSA)…
    • Certifications de compétences complémentaires à un métier
      Il s’agit de certifications de compétences relatives à des techniques ou des méthodes appliquées à un métier.
      Exemple : certifications de soudure, compétences managériales et transversales, Techniques industrielles.
  • Les certificats de qualification professionnelle, CQP, délivrés par les branches professionnelles, dont certains sont inscrits, sur demande, au RNCP.

Vous avez une question ?

Votre Conseiller est à votre écoute et vous accompagne dans toutes vos démarches de formation.

Zoom sur les certificats de qualification professionnel de branche (CQP) ou interbranche (CQPI)

Le CQP est une certification « 100 % métier ». Elaboré par la Commission paritaire nationale de l’emploi (CPNE) d’une branche professionnelle, il répond aux besoins en compétences et en qualifications des entreprises du secteur concerné et sécurise le parcours professionnel de son titulaire.

Une certification officielle à valeur nationale

Elle comprend trois caractéristiques :

  • Créée et délivrée par une branche professionnelle
    • pour attester de la maîtrise par le salarié des compétences nécessaires à l’exercice de son métier
  • Centrée sur la pratique professionnelle
  • Reconnue par toutes les entreprises d’une même branche

A noter !

Toutes les branches ne sont pas dotées de CQP. OPCO 2i accompagne les branches professionnelles dans la création de CQP.

Mobilisable quel que soit le projet de l’entreprise

Pour :

  • Recruter, intégrer et professionnaliser un nouveau salarié
    • Les CQP permettent de former un nouvel arrivant aux métiers de l’entreprise, selon ses pratiques, à l’aide de ses outils et au contact de ses équipes : la garantie d’une intégration rapide autant qu’un atout pour attirer des candidats à l’embauche.
  • Renforcer les compétences d’un collaborateur
    • Les CQP contribuent, par l’adaptation des compétences des salariés aux évolutions techniques et organisationnelles de leurs métiers, au développement de l’activité de l’entreprise.
  • Reconnaître les savoir-faire en interne
    • Les CQP sont un moyen efficace de valoriser l’expérience des salariés et de favoriser les évolutions de carrière. Ils constituent à ce titre une source de motivation

CQPI ? Un CQP commun à deux ou plusieurs branches

Les Certificats de qualification professionnelle interbranches (CQPI) sont le fruit d’un partenariat entre les instances paritaires des branches professionnelles des industries. Leur finalité est de répondre à des besoins de qualification partagés compte-tenu de la proximité de certains métiers. Le CQPI est mis en place à l’initiative de deux ou plusieurs branches professionnelles, afin de reconnaître une qualification basée sur des activités professionnelles proches ou identiques et un ensemble commun de capacités et de compétences. Le CQPI facilite les passerelles entre métiers et favorise la mobilité inter-industries.

Zoom sur Cléa et Cléa Numérique

CléA est un certificat officiel et professionnel, reconnu au niveau national, qui valide un socle de connaissances et de compétences professionnelles commun à tous les salariés et demandeur d’emploi, quel que soit leur entreprise et leur secteur d’activité. Inscrit au répertoire spécifique, CléA certifie que le bénéficiaire maîtrise l’ensemble des savoirs communs à tout secteur d’activité et indispensables à son évolution professionnelle.

Contenu de Cléa

Pour obtenir le Cerficat CléA, les connaissances et compétences sont évaluées dans les 7 domaines suivants :

  • Communiquer en français
  • Utiliser les règles de base du calcul et du raisonnement mathématique
  • Utiliser les techniques usuelles de l’information et de la communication numérique
  • Travailler dans le cadre de règles définies d’un travail en équipe
  • Travailler en autonomie et réaliser un objectif individuel
  • Apprendre à apprendre tout au long de la vie
  • Maîtriser les gestes et postures, respecter les règles élémentaires d’hygiène, de sécurité et de respect de l’environnement.

Pour que la certification soit validée, l’ensemble des compétences des 7 domaines doit être totalement maîtrisé par le candidat.

Quelle démarche ?

  • Etape 1 : Information et conseil
    • Le candidat est tout d’abord accueilli par le conseiller d’un organisme évaluateur qui lui présente la démarche CléA. Le candidat reste libre de poursuivre la démarche, de s’orienter vers un autre organisme évaluateur ou de se décider plus tard.
  • Etape 2 : Evaluation
    • Cette étape est réalisée par un organisme évaluateur, habilité par le COPANEF (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation) et selon des modalités propres à chaque branche ou secteur :
      • si l’évaluation indique que le candidat maîtrise chacun des 7 domaines, son dossier est présenté devant un jury paritaire.
      • si des manques apparaissent, un parcours de formation est proposé au candidat. Il dispose de 5 ans pour suivre les formations proposées et faire reconnaître l’acquisition des domaines de compétences à développer pour obtenir le certificat CléA. Dans cette attente, une attestation de validation partielle des acquis peut lui être délivrée.
  • Etape 3 : Parcours de formation
    • Si l’évaluation indique la nécessité, pour le candidat, de suivre une formation, il peut alors suivre un parcours individualisé, décliné en objectifs pédagogiques et selon un calendrier précis. A l’issue de ce parcours de formationune nouvelle évaluation est réalisée. Elle porte sur les connaissances et compétences approfondies au cours de la formation.
  • Etape 4 : Certification
    • La certification est validée uniquement si l’ensemble des compétences des 7 domaines est totalement maitrisée par le candidat. Elle est délivrée par un jury, composé de représentants d’employeurs et de salariés.

Bon à savoir !

Retrouvez toutes les informations utiles sur le site dédié certificat-cléa.fr

Certifier ses compétences par la validation des acquis et de l’expérience (VAE)

COVID-19 : mesures spéciales

Les OPCO sont autorisés à financer de manière forfaitaire les parcours de VAE, depuis le positionnement, jusqu’au jury, y compris l’accompagnement à la constitution des dossiers de recevabilité.

Le montant du forfait de prise en charge financière sera déterminé par l’OPCO, dans la limite de 3 000 €.

A titre dérogatoire, les OPCO pourront mobiliser à cet effet, les fonds de l’alternance ou les contributions conventionnelles.

La validation des acquis de l’expérience (VAE) permet à toute personne engagée dans la vie active de transformer son expérience en diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle (CQP), sans nécessairement suivre une formation. Elle peut être mise en œuvre dans le cadre du plan de développement des compétences de l’entreprise ou du compte personnel de formation (CPF).

Conditions d’accès 

Sont éligibles tous les salariés volontaires qui totalisent au moins un an d’expérience professionnelle ou extra-professionnelle (bénévole, associative…) en rapport direct avec la certification visée : diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle (CQP) inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Les étapes de la VAE

  • Etape 1 : Choix du diplôme, titre professionnel ou CQP
    • Le diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle (CQP) visé doit être inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
    • Le salarié définit la « certification » la plus adaptée à son projet et correspondant le mieux à ses compétences ou expériences. Il est important qu’il s’informe en amont sur le déroulement du processus de validation et peut se faire aider dans le cadre du Conseil en évolution professionnelle.
  • Etape 2 : Dépôt du dossier de candidature
    • Le salarié retire un dossier de candidature auprès de l’organisme qui délivre la certification. Une fois rempli, ce dossier permet à l’organisme certificateur de vérifier que le salarié dispose bien de 1 an d’expérience (professionnelle ou extra-professionnelle), continue ou discontinue, en rapport avec la certification. Cette étape conditionne la « recevabilité » de la demande de VAE.
    • Dès lors que cette candidature est déclarée recevable par l’organisme certificateur, le salarié peut bénéficier d’un accompagnement (notamment en mobilisant son compte personnel de formation) lui permettant de préparer les étapes suivantes.
  • Etape 3 : Rédaction du dossier VAE
    • Le salarié rédige le dossier de VAE en décrivant en détail ses savoirs et savoir-faire afin de démontrer qu’il dispose bien des compétences requises. Lors de cette étape, l’accompagnement par un prestataire VAE est vivement recommandé.
    • L’accompagnement peut commencer dès que le dossier de candidature est déclaré recevable et se dérouler jusqu’à la date d’évaluation par le jury. En cas de validation partielle, l’accompagnement peut se poursuivre jusqu’à l’évaluation complémentaire.
    • Dans le cadre de l’accompagnement VAE, le salarié peut bénéficier d’aides méthodologiques à la description des activités et expériences qu’il souhaite valoriser pour obtenir la certification visée, à la formalisation de son dossier de VAE, à la préparation de son passage devant le jury et à la mise en situation professionnelle éventuellement prévue par le référentiel de la certification.
  • Etape 4 : Passage devant le jury
    • Le dossier de VAE est étudié par un jury composé d’enseignants, de formateurs et de professionnels du secteur concerné par la certification visée. Le jury peut proposer un entretien et/ou une mise en situation professionnelle du candidat pour compléter l’étude du dossier.
    • A l’issue du processus de validation, le jury délivre tout ou partie du diplôme.
    • En cas de validation partielle, les parties de certification obtenues sont acquises définitivement. Le candidat compléter son expérience ou suivre une formation complémentaire pour valider intégralement la certification visée.

Vous avez une question ?

Votre Conseiller est à votre écoute et vous accompagne dans toutes vos démarches de formation.